Sud

VIDÉO Nasser, conducteur Tango : « On a besoin des forces de l’ordre »

Un message de la direction a été lu ce matin devant les conducteurs (Photo Corentin Corger)

Ce midi, près de 200 agents Tango ont organisé un débrayage en signe de protestation après les agressions de trois agents en un mois. Conducteurs et contrôleurs réclament plus de présence des forces de l’ordre dans les bus. 

De 12h à 14h, les bus du réseau Tango sur l’agglomération de Nîmes n’ont pas circulé. Une perturbation volontaire du réseau de la part du délégataire Transdev soutenue par les agents. Après les agressions physiques de trois d’entre eux en seulement un mois, conducteurs, contrôleurs ou encore personnel administratif ont souhaité faire ce débrayage pour alerter. « On fait ça aussi pour que les voyageurs puissent utiliser les lignes de façon sereine », précise Nasser Mohamedi, secrétaire CFDT et conducteur.

De l’inquiétude et un ras-le-bol, voilà l’état d’esprit des 200 personnes présentes au dépôt ce midi. « Ne pouvons pas accepter de circuler dans ces conditions », poursuit notre interlocuteur alors que vendredi un contrôleur a reçu un coup de poing au visage sur la ligne T1 du Tram’bus. Alors les agents souhaitent plus de présence policière dans les bus. « On a besoin des forces de l’ordre. On a demandé à la préfète que leur présence soit beaucoup plus conséquente », conclut Nasser Mohamedi.

Vendredi, Franck Proust annonçait qu’une convention a été signée avec l’État pour : « gagner en efficacité contre les incivilités et les délits qui sont commis depuis l’espace public aux abords du réseau Tango ». Reste à voir quand auront lieu les premiers effets de ce partenariat.

Retrouvez l’intervention en vidéo de Nasser Mohamedi, conducteur et secrétaire CFDT chez Tango : 

 





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 12 539

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.