A la une

Vols dans une casse automobile de Vendée : neuf hommes condamnés

Le tribunal des Sables-d'Olonne
Le tribunal des Sables-d’Olonne ©Journal des Sables

Neuf condamnations ont été prononcées jeudi 25 novembre 2021 par le tribunal correctionnel des Sables-d’Olonne suite à une série de vols commis dans une casse automobile située à Talmont-Saint-Hilaire.

Ils devaient être neuf à la barre, ils n’étaient que sept présents. Tous sont Russes, ils ont aujourd’hui entre 27 et 55 ans. Les traducteurs interprètes sont là, mais beaucoup, les plus jeunes, parlent français. Ce qui va réduire le temps des débats à une demi-journée au lieu des deux jours entiers prévus par le tribunal correctionnel des Sables-d’Olonne.

Les faits sont anciens et remontent aux années 2016 et 2017. L’enquête menée par les gendarmes a été longue et relativement compliquée.

Il leur est reproché d’avoir dérobé, pour certains à plusieurs reprises des pièces détachées dans la casse automobile Billaud située dans une zone d’activité de Talmont-Saint-Hilaire. 

Portières, roues, éléments mécaniques ont ainsi été volés. Pour la revente. Les enquêteurs pensaient tomber sur un trafic de très grande ampleur, on parlait à l’époque de plusieurs centaines de milliers d’euros. Il s’est avéré qu’il n’en était rien : 53 000 euros de préjudice.

D’ailleurs, personne n’était présent sur le banc des parties civiles lors de l’audience.

Des faits globalement reconnus

Enquête compliquée, certes, mais toutefois classique avec écoutes téléphoniques, filatures, surveillances et traces ADN. Les interpellations vont se succéder. Pas de placements en détention provisoire mais des contrôles judiciaires et des remises de convocations en qualité de prévenus libres. « Une affaire qui fait pschitt, qui se dégonfle », note une avocate. A tel point que certains avocats se sont retirés du dossier.

« Si certains nient les faits ou les minimisent, je constate qu’ils sont globalement reconnus », constate le procureur de la République Olivier Couvignou. Ses réquisitions portent sur des peines allant de six mois avec sursis à dix-huit mois ferme.

Les défenses seront rapides, allant dans le même sens : « Depuis ces faits anciens, les prévenus n’ont jamais réitéré. Ils sont insérés, travaillent, vivent comme tout un chacun. »

Le tribunal a prononcé des peines de sursis simple de deux à huit mois. Un prévenu écope de jours amendes. Huit mois et un an ferme pour les deux absents. Plusieurs véhicules ont été confisqués.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Le Journal des Sables dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire