Home En bref Wasquehal. À quoi ressemblera l’Imaginarium, nouveau siège d’Exotec ?
En bref

Wasquehal. À quoi ressemblera l’Imaginarium, nouveau siège d’Exotec ?

Béton, briques et grandes vitres dialogueront dans ce bâtiment, imaginé en collaboration avec la Ville notamment, pour se fondre dans le paysage, entre tradition et modernité.
Béton, briques et grandes vitres dialogueront dans ce bâtiment, imaginé en collaboration avec la Ville notamment, pour se fondre dans le paysage, entre tradition et modernité. (©Prévisualisation / BPM Architectes)

Le paysage va changer sur une friche industrielle tertiaire située à Wasquehal (Nord) dans la métropole de Lille. Ce vaste chantier, entamé au niveau de la rue Pasteur et longeant le canal de Roubaix, va accueillir le futur siège social de l’entreprise Exotec. Petit aperçu de ce projet immobilier de 25 000 m2, baptisée « Imaginarium ».

Bureaux et entrepôts 

Dans ce vaste bâtiment, dont la première pierre a été posée ce mardi 24 janvier aux côtés d’élus locaux et des partenaires du projet, il y aura 15 000 m2 de bureaux, de vastes entrepôts, ainsi que des espaces collectifs, annonce le groupe BMG, foncière spécialisée dans l’immobilier tertiaire qui chapeaute le projet.

À lire aussi

  • Voici ce que va devenir l’ancien hôtel Faidherbe à Lille

« L’idée est de réunir cols bleus et cols blancs », résume son directeur général Nicolas Ramé. En effet, le bâtiment se divisera en deux parties (les bureaux d’un côté et les entrepôts de production et de stockage de l’autre, avec une ouverture directe sur une voie poids lourds pour le transport de marchandises). Les deux seront liées par un espace central, appelé « place de village » où se réuniront les salariés.

Pour donner corps à Imaginarium, 18 entreprises vont accompagner le cabinet d’architectes BPM, pour une livraison prévue courant 2024.

Une
Une « place du village » avec vue directe sur les alentours, réunira les deux grands espaces du bâtiment : les entrepôts de production et les bureaux. (©Prévisualisation / BPM Architectes)

1 000 employés sur site 

Ce nouveau siège social est très attendu de l’entreprise Exotec, qui confectionne et assure la maintenance de robots qui naviguent en 3D dans des centres logistiques du monde. « Après Tokyo et Atlanta, il ne manquait plus que Wasquehal », s’est amusée Stéphanie Ducret, maire de la ville, ce 24 janvier.

C’est une fierté, pour la municipalité et plus largement le territoire, d’accueillir cette société motrice, présentée comme « première licorne industrielle de France » par les diverses parties prenantes au projet.

« Ce qui nous tient à cœur est le mariage entre la technologie et l’industrie », indique Renaud Heitz, co-fondateur d’Exotec, qui compte une équipe de plusieurs centaines de personnes, en France et à l’étranger. Une équipe de techniciens qui imaginent les produits de l’entreprise, les testent, les vendent et en assurent la maintenance. 

À lire aussi

  • C’est quoi cet immense bâtiment de 23 000 m2 qui va sortir de terre entre Seclin et Templemars ?

Sur ce site de Wasquehal, qui succède à un siège actuel situé dans la ville voisine à Croix, Exotec entend accueillir environ 1 000 personnes. Et sans doute plus dans les mois suivants, avec le développement de l’entreprise.

Au départ seul avec son associé, Renaud Heitz souligne avec fierté le chemin parcouru. « Exotec, c’est aujourd’hui 50 métiers, qui travaillent main dans la main. Ce sera bien plus pratique, en centralisant tout – bureaux et production – dans un même bâtiment. » Réunir les forces vives, donc, pour être toujours plus innovant, et surtout pour répondre aux besoins du terrain en temps réel.

Voici la vue du ciel du projet de l'Imaginarium, avec un parking situé sur le toit.
Voici la vue du ciel du projet de l’Imaginarium, avec un parking situé sur le toit. (©Prévisualisation / BPM Architectes)

Se fondre dans le paysage 

Une des particularités du bâtiment – de niveau R+2 – est qu’il vise à se fondre dans le paysage environnant. Une exigence de Stéphanie Ducret : « J’avais posé les conditions en termes d’architecture », confie l’édile, qui avait à cœur de retrouver une symbiose entre les ambitions du projet et de la ville. À savoir allier tradition et modernité.

Un élément que souligne Nicolas Ramé : « Nous avons voulu un site qui soit beau et intemporel ». Le bâtiment sera donc fait de béton blanc et de briques, avec de grandes vitres pour laisser passer la lumière.

Salle de sport, bibliothèque… Un large panel de services sera à disposition des salariés. Un parking de 500 places sera installé sur le toit, et les espaces naturels alentours seront mis en valeur. « Nous avions pour objectif d’imaginer un lieu de travail fonctionnel, ancré dans le paysage, avec une place totalement ouverte sur les jardins », indique Delphine Pirrovani, architecte Associée de BPM Architectes.

Le représentant de la Métropole Européenne de Lille, aussi engagée dans ce projet de réhabilitation des friches dans lesquels BMG se présente comme un expert, a résumé en quelques mots : « L’Imaginarium, ce lieu où le futur côtoie l’actualité. »

Related Articles

En bref

A Mayet, le policier municipal est équipé d’une caméra piéton

Christophe Chaligné, policier municipal à Mayet, et le maire de Mayet, Pierre...

En bref

Stationnement à Bayeux : il reçoit le PV de trop et s’en prend aux ASVP et au maire

À force d’avoir des PV de stationnement, Simon* qui réside au centre...

En bref

Alençon. La chanteuse Adé en concert à La Luciole en octobre

La chanteuse est la première artiste à rejoindre la programmation d’automne de...

En bref

Tarn : des militants d’Extinction Rébellion s’en prennent aux agences d’une grande banque

Les militants d’Extinction Rebéllion s’en sont pris à des dizaines de distributeurs...