A la une

Yvelines. Le Chesnay-Rocquencourt : routes pour les cyclistes, la Ville prévoit de passer à la vitesse supérieure

Le maire du Chesnay-Rocquencourt, Richard Delepierre et son adjointe, Marie-Laure Majou, chargée des mobilités, ont dévoilé le plan de déplacement urbain de la ville devant plusieurs dizaines d'habitants.
Le maire du Chesnay-Rocquencourt, Richard Delepierre et son adjointe, Marie-Laure Majou, chargée des mobilités, ont dévoilé le plan de déplacement urbain de la ville devant plusieurs dizaines d’habitants. (©78actu)

C’est une révolution qui attend les cyclistes au Chesnay-Rocquencourt. Le plan présenté par la Ville lors de la réunion publique du 20 septembre au Théâtre Nouvelle-France leur promet, d’ici 2026, un accès plus large et plus sécurisé aux voies de la ville.

Au terme d’un travail de six mois, la société Egis a réalisé pour la municipalité un diagnostic de la ville. Deux responsables de l’entreprise l’ont présenté aux dizaines d’habitants assis dans la salle. Le constat est simple : Le Chesnay-Rocquencourt est encore aujourd’hui la ville du « tout voiture ». « 55 % des déplacements domicile-travail sont réalisés en voiture, 25 % à pied, en vélo ou en deux roues motorisées, confie Nathan Liegois, chef de projet Egis sur cette mission. La volonté de la commune est d’obtenir un partage de la voirie plus équilibré qu’aujourd’hui. »

Quatre axes stratégiques

Pour cela, quatre axes stratégiques ont été présentés à la réunion publique. Le premier consiste à développer la marche et le vélo. Avec pour objectif majeur l’allongement des voies dédiées au vélo dans la ville. « Aujourd’hui, il y a 3,6 km de pistes cyclables au Chesnay-Rocquencourt. L’objectif est de passer à 35 km de voiries dédiées à l’usage du vélo », confie Nathan Liégois.

Le deuxième axe stratégique concerne le développement des modes individuels motorisés. La Ville a pour objectif de désenclaver les quartiers nord via notamment la mise en place de feux de traversée piétonne. La commune souhaite également instaurer d’ici la fin de l’année, 30 places de stationnement avec recharges électriques sur des places de stationnement déjà existantes. Une expérimentation de covoiturage est aussi avancée. Autre projet mis en avant, la création d’une navette autonome allant du bourg de Rocquencourt à la gare de Vaucresson.

Le troisième axe d’actions concerne le trafic des marchandises. La Ville envisage d’interdir le transit aux poids lourds de plus de 3,5 tonnes. La municipalité souhaite instaurer une réglementation horaire pour les livraisons. Elles ne seront pas autorisées de 7h à 9h30 puis de 16h30 à 19h30. La quatrième et dernier axe du plan vise à responsabiliser les acteurs. « Il s’agit d’aller vers plus d’échanges et de coordination avec les différents services », explique François Bohanne, expert « modes actifs » chez Egis.

L’exemple de l’avenue Charles-de-Gaulle

Les représentants d’Egis ont ensuite présenté les différents types d’aménagements possibles pour réduire la vitesse au Chesnay-Rocquencourt comme la zone 30, l’écluse, le passage surélevé, le vélo-rue ou encore la voie centrale banalisée. Une série d’exemples concrets d’aménagements envisagés ont ensuite été détaillés. Actuellement en configuration deux fois deux voies, l’avenue Charles-de-Gaulle pourrait par exemple passer demain en deux fois une voie avec de chaque côté, une piste cyclable.

Les aménagements du plan auront lieu en trois phases. La première, de 2021 à 2022, consistera en la rénovation et l’amélioration des pistes existantes et en la création de pistes sur les avenues Charles-de-Gaulle, Schweitzer, Liaison Schweitzer/CDG Rocquencourt, Bellevue, Général Leclerc Nord, Carrefour Redingote Rues des sports Nord, Pottier Sud (bandes). L’aménagement de zones 30 est aussi prévu. De 2023 à 2024, d’autres voies seront aménagées avec notamment le passage en voie partagée à 20 km/h pour les rues Corneille, Molière, Racine et Saint-Joseph . De 2025 à 2026, la Villle prévoit de réaliser des aménagements cyclables sur la rue de Versailles.

« Notre plan d’aménagement 2022-2026 constitue un investissement très important pour la Ville de 9 millions d’euros, hors subventions », avance Marie-Laure Majou, adjointe au maire, déléguée aux mobilités. « Nous aurons un plancher de subventions de 50 % mais notre objectif est d’atteindre 70 % de subventions », ajoute le maire, Richard Delepierre.

« Nous ne sommes pas dans une politique du tout vélo », a souligné l’élu lors d’un temps d’échanges avec les habitants. « C’est une feuille de route, ce n’est pas gravé dans le marbre. » Des réunions au sein des conseils de quartier auront lieu autour de ce plan d’aménagement. Le conseil municipal devra lui aussi se prononcer sur le sujet.

Pratique : il est possible de consulter les visuels projetés lors de la réunion publique sur www.lechesnay- rocquencourt.fr

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre 78actu dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 11 069

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.